Nos solutions utilisées en alerte travailleur isolé

Nos solutions utilisées en alerte travailleur isolé

S’appuyant sur une évaluation préalable des risques, l’alerte travailleur isolé est une nécessité qui touche bon nombre d’entreprises.

Appareil électronique destiné à être porté par un personnel travaillant seul en situation à risque, le dispositif de protection de travailleur isolé (PTI / DATI) permet de déclencher des alertes en cas de nécessité. En France, il existe en effet un cadre juridique bien défini qui oblige les employeurs à équiper leurs employés isolés de dispositifs d’alerte travailleur isolé, les soumettant ainsi à une obligation de résultat quant à la sécurité du personnel.

Ce type de système d’alerte travail isolé dispose souvent de 2 types d’alarme : en premier lieu les dispositifs à alarme manuelle ou volontaire, déclenchés par le porteur lors de l’appui prolongé sur un bouton et permettant de déclencher une demande d’aide (blessure légère, tentative d’agression, etc.). En second lieu, les dispositifs à alarme automatique, déclenchés en cas de perte de verticalité, d’absence de mouvement ou d’arrachement (syncope, chute, etc.).

Les solutions de protection de travailleurs isolés de l’enseigne ServiceBip™ sont à classer parmi la catégorie des alarmes manuelles (ou « volontaires »). Qu’il s’agisse de personnel sédentaire ou itinérant, les solutions d’alerte d’urgence travailleurs isolés ServiceBip™ permettent une communication rapide entre les employés isolés et leurs collaborateurs, voire même leur équipe de secours interne, pour les grandes entreprises qui en sont dotées.

Pour leur part, les boitiers d’urgence ServiceSOS™ et leurs boutons mobile d’alerte travailleurs isolés permettent, en cas de situations anormales et à risque, de déclencher une cascade automatique d’appels et/ou de SMS vers des équipes de secours ou un centre de télésurveillance. Si nécessaire, une bidirectionnalité des échanges est de surcroît assurée, au moyen des micros et haut-parleur intégrés au dispositif PTI ServiceSOS™.

Un travailleur est considéré comme isolé s’il se trouve « hors de vue et hors de portée de voix » des autres personnes, même à proximité géographique. Il peut s’agir de personnel d’entretien, de livraison, de gardiennage, pour ne citer qu’eux. Pour autant chacun peut se retrouver sans en avoir véritablement conscience dans la position d’un travailleur isolé, comme par exemple la secrétaire qui descend aux archives, le chef de rayon qui reste après la fermeture, la femme de ménage le soir…

Par ailleurs, les risques inhérents au travailleur isolé sont principalement liés aux risques physiques (utilisation d’outils inappropriés, manipulation de substances chimiques, chantiers, etc.), et aux risques psychiques liés aux effets de la solitude. Éprouvant un sentiment d’abandon, les agents peuvent présenter ou développer des pathologies, dont les symptômes handicapent la poursuite de leur mission, la rendre dangereuse voire impossible (crise d’angoisse, épilepsie, etc.).

Enfin, certains secteurs d’activité sont particulièrement exposés aux risques de violence et d’agression, qu’elles soient physiques ou physiologiques. C’est le cas notamment des services d’urgences, médicaux et paramédicaux, mais aussi aux agents administratifs qui reçoivent un public en difficulté (agents pénitentiaires, CAF, Pôle emploi, etc.). Pour une large part, les solutions d’alerte travailleurs isolés ServiceBip™ répondent à ce type de risques.

 

Par Stéphane Marchisio